Sur les traces de la Grande Guerre

Le 3 juin 2014, par Guy Savart

LE CIRCUIT du SOUVENIR 1914-1918:

ETAPE n°1: Le cimetière allemand de la Rue de la Chaussée romaine; l’occupation de Saint-Quentin:

1°) A partir de quand la ville est-elle occupée?:

Quelques dates pour se souvenir du déclenchement de la guerre:

-1907/ août le 31:signature de la triple alliance Grande Bretagne, Russie et France.

-trois ans après:

-1914/ juin le 28: assassinat de l’Archiduc d’Autriche François Ferdinand à Sarajevo (                                                                                                                               Serbie).

-1914/ juillet le 30: l’Autriche déclare la guerre à la Serbie.

-1914/ août le 1er, l’Allemagne qui soutient l’Autriche-Hongrie, déclare la guerre à la Russie qui a décidé de protéger la       Serbie.

-1914/ août le 2: Mobilisation générale en Allemagne.

Mobilisation générale en France, alliée de la Russie.

-1914/ 08 le 3, l’Allemagne déclare la guerre à la France et entre en Belgique.

Remarque: concernant les causes de la guerre avec l’Allemagne, il faut remonter jusqu’à la guerre de 1870 avec la perte de l’Alsace et du nord de la Lorraine, prendre en compte les   rivalités impérialistes sur des colonies voire même remonter au-delà à l’époque des conquêtes napoléoniennes qui n’ont pas laissé que de bons souvenirs dans les pays de langue  germanique.

-1914/ 08 le 4, la Grande Bretagne déclare la guerre à l’Allemagne en raison de la violation          de la neutralité de la Belgique et de son alliance avec la France et la Russie.

L’avancée allemande sera extrêmement rapide:

-août le 25: les anglais et français sont battus près du Cateau;

les Allemands s’emparent de Cambrai.

Les anglais se replient sur St Quentin puis sur Ham pour éviter que St Quentin                                                                                                                             ne soit bombardée.

-1914/ août le 28: les Allemands entrent dans St Quentin

2°) La ville occupée:

La ligne de front s’est stabilisée à l’Ouest de Péronne en décembre 1914.

St Quentin, en retrait du front, va devenir une ville étape pour les soldats allemands qui vont    vers le front ou en reviennent pour reprendre des forces; plusieurs hôpitaux militaires y   seront installés.( dans le Palais Fervaques; dans la caserne St Hilaire, là où est l’école pleine air, …).

Le Kaiser Guillaume II séjournera plusieurs fois à St Quentin.

En octobre 1914, l’empereur Guillaume II inaugurera le cimetière militaire de la chaussée romaine: il déclarera que « le cimetière accueillera non seulement les soldats allemands tués mais également les soldats français et anglais morts sur les champs de bataille ».

Il ne se doutait pas encore que la guerre allait durer si longtemps et qu’elle ferait au tant de morts.

Mis à part quelques bombardements par des avions français et anglais en avril 1915, St Quentin sera relativement tranquille jusqu’en mars 1917, mois à partir duquel la ville est sous le feu des combats jusque septembre 1918.

ETAPE n°2: Francilly-Sélency.

Nous passons par le haut du Parc des Autoroutes, en direction de Savy.

Nous prenons la première route à droite et passons devant l’église de Francilly.

Le monument en souvenir des soldats australiens est juste à côté de l’église.

Le régiment des Manchester qui a aidé les français à chasser les Allemands de St Quentin en  septembre 1918.

ETAPE n°3: le cimetière allemand de Maissemy :

De Francilly, nous reprenons la RD 1029 vers Vermand. A la sortie d’Holnon, nous prenons     sur la droite en direction de Maissemy. A la sortie de Maissemy, à la hauteur du hameau de Vadencourt, nous prenons la D 33 vers Bellenglise.            Nous passons devant le très grand cimetière allemand sur notre gauche.

ETAPE n°4: Le monument australien de la bataille de Riqueval.

Nous retournons sur la D 33 et tournons à gauche puis encore à gauche vers le champ des  éoliennes. En haut se trouve le monument en mémoire des soldats australiens qui se sont    battus pour percer la ligne de 1917 dite ligne Hindenburg.

ETAPE n°5: Le pont de Riqueval.

Nous redescendons vers la D33 et prenons vers Bellenglise. Nous tournons à gauche sur la  RN44 vers Cambrai. Après qqs kms, sur la gauche, nous nous garons au pont de Riqueval

Une plaque commémore la prise de ce pont sur le canal et du souterrain, le 29 septembre   1918, par le North Staffordshire Regiment soutenu par les 3ème et 5ème divisions australiennes.

Dans les bois à l’ouest du canal, les trous et les bosses rappellent que les tranchées dans ce        secteur ont été bombardées par l’artillerie.

Dans le tunnel, les allemands avaient creusé dans les côtés des salles pour abriter des centaines de soldats; des péniches servaient également de dortoirs. Le tunnel a abrité jusqu’à  3.000 soldats.

Les troupes britanniques poursuivront les allemands qui se replient vers Joncourt, Monbrehain. Les allemands résistent dans chaque village. Bohain ne sera libérée qu’en octobre 1918.

ETAPE n°6: Le centre de documentation de la communauté de communes du Vermandois.

Avec la voiture, nous franchissons le pont et tournons à droite. Nous passons devant une importante exploitation agricole et atteignons le parking de la CCV pour recueillir un peu de  documentation.

ETAPE n°7: Le monument des américains.

Nous reprenons la RN44, sur la gauche nous découvrons le monument américain en mémoire de l’engagement des américains aux côtés des australiens pour briser la ligne Hindenburg.

18 septembre 1918, les australiens donnent l’assaut à la hauteur de Bellicourt.

Les Australiens vont perdre 1.200 soldats; 4.300 allemands vont être faits                                                                                                                                           prisonniers.

Le 27 septembre, nouvel assaut australien et américain sur Bony et Riqueval; il est conduit par les 27ème et 30ème divisons d’infanterie américaines.

Le 29 septembre 1918, la ligne Hindenburg est rompue avec la prise du tunnel de Riqueval.

ETAPE n° 8: Le cimetière américain de Bony.

Dans ce cimetière reposent les soldats américains qui aux côtés des australiens ont combattu du 1er juillet 1918 jusque fin septembre 1918 pour briser la ligne Hindenburg et repousser les allemands vers l’Est.

Il s’y trouve également d’autres soldats américains tombés en d’autres endroits, c’est pourquoi il s’appelle « cimetière américain de la Somme ».

Aux morts de la 27ème et 30ème divisions américaines qui ont combattu avec les britanniques      entre Bony et Bellicourt, s’ajoutent les soldats tombés de la 1ère, de la 27ème, de la 33ème, et de  la 80ème divisions américaines engagées dans l’Aisne et dans la Somme.

1.844 corps sont enterrés dont 138 soldats inconnus. A ces 1844 soldats morts s’ajoutent 333 disparus dont on n’a pas retrouvé trace ( ensevelis sous les bombardements?).

Rappelons que depuis avril 1917, les Américains sont entrés totalement dans la guerre contre l’Allemagne

Quelques semaines après les offensives réussies en divers endroits du front telles que celles de Meuse-Argonne et celles au nord de St Quentin,, en novembre 1918, près de La Capelle,  le 7 novembre, le cessez-le-feu sera ordonné et l’armistice sera signé le 11 novembre à 11 heures à Rothondes.